Choix du secteur :
Se connecter :
 

Une femme a déposé plainte au commissariat de Pontarlier ce jeudi pour un harcèlement psychologique qu’elle subit depuis octobre 2021, date de la séparation de son conjoint. Ce dernier aurait exercé de très nombreuses pressions et menaces par téléphone, ce qui a été corroboré par différents témoignages. L’homme a nié les faits et a tenté de se justifier. Présenté ce jeudi devant le magistrat, il a été placé sous contrôle judiciaire strict et sera jugé en février 2023.

La police de Pontarlier est intervenue ce mercredi dans un lycée professionnel de la ville. Deux jeunes adolescents de l’internat se sont plaints de violences subies depuis plusieurs jours de la part de deux autres élèves. Ils auraient été les victimes du jeu de la « picore », une nouvelle tendance violente qui se développe sur les réseaux sociaux. Les deux auteurs, âgés de 14 et 15 ont été placés en garde à vue. Ils ont reconnu les faits, et devront participer à un stage de sensibilisation. 

Un grave accident de la route s’est produit cet après-midi à Saint-Claude, place de la Halle. Un piéton a été percuté par une voiture. On déplore un blessé grave et un blessé léger qui ont été transportés sur un centre hospitalier.

Ce mardi après-midi, à Besançon, avenue Carnot, les sapeurs-pompiers sont intervenus pour l’incendie de plusieurs véhicules dans le parking souterrain d’un garage automobile. L’intervention rapide des secours a permis de limiter la propagation des flammes. Un important dégagement de fumée s’est produit. Le trafic du TRAM a été interrompu durant l’opération. Dix employés sont au chômage technique pour une durée indéterminée.

Mis en examen pour 24 empoisonnements, l’ancien anesthésiste de la clinique Saint-Vincent, le docteur Frédéric Péchier, est soupçonné de huit nouveaux cas d'intoxication de patients, dont quatre mortels.

L'affaire avait retenti en mars 2017. Elle provoquait la stupeur à la clinique Saint-Vincent et à la Polyclinique de Franche-Comté. Frédéric Péchier, ce médecin anesthésiste de 45 ans, était mis en examen pour avoir volontairement empoisonné sept patients entre 2008 et 2017. Placé sous contrôle judiciaire, il a toujours contesté ces accusations. L'anesthésiste est soupçonné d'avoir empoisonné les poches de perfusion de patients âgés de 4 à 80 ans, afin de provoquer des arrêts cardiaques lui permettant de démontrer ses talents de réanimateur, tout en discréditant des collègues avec lesquels il était en conflit.

Etienne Manteaux, le procureur de la République de Besançon tenait une conférence de presse ce mardi après-midi. Il a annoncé que les investigations portaient sur huit nouveaux cas de patients intoxiqués, dont quatre sont morts. Sur ces huit cas, sept correspondent à des intoxications présumées avec recours à l'adrénaline. Il s’agit d’une substance qui ne faisait pas partie des molécules retenues auparavant. Un huitième cas avait déjà été évoqué au cours de l'enquête, en 2020. En ajoutant les 24 empoisonnements de l'information judiciaire ouverte en 2017, Frédéric Péchier est désormais soupçonné de 32 empoisonnements, dont 13 mortels.

Ces huit cas sont donc versés au dossier mais l'anesthésiste n'est pas encore mis en examen pour ceux-ci. La magistrate attend les contre-expertises qui devraient arriver d'ici cinq mois. Après avoir reçu ces expertises, elle réentendra le docteur Péchier et décidera si elle le met en examen pour ces huit nouveaux cas. 

La nuit dernière, vers 2h, un sans domicile fixe de 32 ans a été interpellé par la police bisontine. Ce dernier est soupçonné de s’être introduit au domicile d’une personne âgée, rue Maurice Ravel, et d’y avoir dérobé de la nourriture. C’est un opérateur en télésurveillance qui a prévenu la police pour un cambriolage en cours. A distance, l’équipe a pu communiquer le signalement du malfrat, qui avait quitté les lieux, à la patrouille. Lors de son interpellation, l’homme était en possession de nourriture qu’il avait sans doute dérobé sur place.

A Besançon, chemin du Vernois, un homme de 35 ans a été retrouvé en possession d’une cartouche de calibre  8 mm, dans la nuit de mercredi à jeudi,  dans une voiture accidentée. Les policiers ont remarqué la conduite excessive et inappropriée de cet individu à hauteur du boulevard Diderot.

Apercevant la patrouille, ce dernier a refusé de se soumettre aux injonctions de s’arrêter des policiers. Il a été interpellé plus loin. Il a été contraint de s’arrêter car son véhicule avait percuté un arbre. Le chauffard tente alors de prendre la fuite, mais il n’ira pas très loin. Il a été ramené au commissariat et placé en garde à vue.

Un accident mortel s’est produit ce mardi après-midi à Montbéliard. Un scooter et un poids lourd se sont percutés à hauteur de l’avenue de Ludwigsburg. Une femme de 21 ans n’a pas survécu à ses blessures. On déplore également six personnes choquées. Deux ont été transportées sur le centre hospitalier Nord Franche-Comté par les secouristes.

Deux individus, âgés de 20 et 25 ans, ont été placés en garde à vue au commissariat de police de la Gare d’Eau à Besançon. Ils sont soupçonnés d’avoir dérobé un scooter. Hier soir, vers 22h30, les deux jeunes malfrats ont été aperçus en train de pousser un deux roues dans le parking Isenbart, quai de Strasbourg.

Plus tard, ils ressortiront du même endroit sans le scooter et se dirigeront vers le centre-ville. Un engin dégradé sera retrouvé à l’intérieur du parking. Identifié, son propriétaire confirme avoir été victime d’un vol. Une plainte doit être déposée ce jour. La garde à vue des deux hommes est toujours d’actualité ce mardi matin.

Un Bisontin de 18 ans devra s’expliquer devant la justice. Dimanche soir, alors qu’il déambulait de façon suspicieuse sur la Place du 5 septembre entre des voitures, il a été contrôlé par une patrouille de police. Il est apparu que ce jeune homme, défavorablement connu de la police, était en possession d’une dizaine de grammes d’herbe et de résine de cannabis. Au cours de sa garde à vue, il n’a pu que reconnaître les faits qui lui étaient reprochés.